Archives mensuelles : juillet 2015

Ceci n’est pas une cure de désintoxication

Nourriture, Santé, Aliments, Detox, Cure

Un repas ordinaire, pour autant qu’on s’en donne le temps.

Ce n’est pas non plus un mélange de « super aliments » destiné à prévenir le cancer.

Ni un met extraordinaire qui demande de longues heures de préparation.

Non, c’est simplement un repas fait à partir d’aliments de base, à la maison.

(Ce n’est pas non plus une photo prise avec soin : elle a été prise au moment du repas, parce que l’idée de ce billet m’est venue en mangeant.)

Il n’y a rien de magique là-dedans ; cependant, ça demande tout de même du temps et un peu d’énergie.

Les ingrédients ? Rien non plus de miraculeux :

  • Des patates « grelots »,
  • des betteraves fraîches (pas en conserve),
  • du céleri (le pied au complet, tranché finement),
  • des piments (un rouge, un jaune, pour la couleur),
  • des échalotes (3, il me semble),
  • quelques noix d’acajou pour ajouter du croquant,
  • et un peu de poudre de noix de coco (parce que ma douce moitié y tenait).

Ce ne sont pas des ingrédients qui proviennent de notre jardin (pas encore), mais certains (betteraves et échalotes) ont été acheté dans un marché de fermiers locaux. Nous avons cette chance d’avoir le temps d’y aller parfois.

Non, à bien y penser, ce n’est pas une juste la chance d’avoir le temps. C’est le désir de prendre le temps. C’est la résolution de ne pas laisser la facilité et l’illusion de manquer de temps contrôler nos vies. C’est là le message de ce billet. J’y reviendrai dans de prochains billets.

Ingrédient final ? De la mayonnaise maison. C’est une habitude prise récemment, mais c’est très satisfaisant d’en faire. Et on sait exactement ce qu’on a mis dedans. On peut substituer juste de l’huile d’olives et un peu de vinaigre balsamique si on préfère une vinaigrette ordinaire. Mais avec une telle « salade de patates et betteraves », je recommande la mayo faite à la maison.

Ça ne prend que quelques minutes. Vraiment. C’est là le drame : On pense souvent que faire à manger demande énormément de temps ; ça en demande, mais pas tant que ça.

Au lieu de lire le journal, ou regarder la télévision, ou pire, lire des bêtises sur Facebook ou le Web au sujet des « vedettes » ou des équipes de sports professionnels, on peut utiliser son temps autrement.

Avant que je n’oublie, il faut faire cuire à la vapeur les patates et les betteraves. Puis les laisser refroidir un peu avant d’ajouter le reste des aliments (temps que l’on utilise à les couper). La mayo est idéalement faite à l’avance, mais ça peut être quelques minutes ou quelques jours, ce n’est pas important.

Et je crois que ma blonde a ajouté quelques épices (un peu de sel, des flocons de piments forts) pendant que j’avais le dos tourné. C’est au goût.

Nourriture, Santé, Aliments, Detox, Cure

Prise 2. Sans aucune arrière pensée…

Donc, ceci n’était pas un met extraordinaire, et ce billet n’était pas une recette. Pas tout à fait. Mais c’est très bon, alors on en reprend, sans aucune pensée au sujet du nombre de calories.

Et même si ce mélange de légumes et de patates et de mayo maison n’est pas une cure de désintoxication, je peux vous garantir que c’est très efficace pour mesure le temps que prend un repas à être digéré. (Ce qui peut être très utile comme information, parce que l’on se pense souvent constipé, ou alors on associe des sensations à certains aliments ou mets mangés quelques heures auparavant, sans vraiment comprendre combien de temps notre système digestif prend pour traiter ce que l’on mange…)

Parce que quand ça passe à « l’autre bout » après 12-36 heures, on le remarque aisément.

Faites-en l’expérience ; vous m’en donnerai des nouvelles.

Crédits images : Sacha Veillette

Conseil d’entraînement – Numéro 7

Prenez votre temps.number-437925_1280
C’est simple comme conseil, mais c’est en fait bourré de sens. Voici les trois principaux :

1) Soyez patient et laissez le temps faire les choses ; n’essayez pas d’aller trop vite dans votre progression. Surtout lorsqu’on est plus âgé, ou que l’on commence sur une base de sédentarité de longue date.

2) Entraînez-vous sur une base de temps ; votre corps ressent un stress physiologique durant l’entraînement, et il le ressent sur une base de durée, pas de distance. Alors planifiez vos entraînements sur une base de temps (comme 30 minutes, 45 minutes, etc.), écoutez votre corps au fil des entraînements, et laisse-le se développer à son rythme en le stressant raisonnablement, au lieu de lui imposer des performances arbitraires de distance.

3) Apprenez les choses dans l’ordre. Les “conseils” (des trucs et des astuces, vraiment, pas des conseils) des pros et des élites peuvent faire de petites différences pour des athlètes déjà bien expérimentés, si ce n’est pas votre cas, vous pouvez accomplir bien plus en maîtrisant d’abord la base de votre discipline sportive.

Crédits image : Pixabay

Conseil d’entraînement – Numéro 6

six-706892_1280

Bien que les entraînements de type intervalles soient excellents pour le cardio et la forme physique en général (voir le conseil d’entraînement #5), sans une bonne base d’endurance votre corps n’apprendra pas à utiliser ses lipides de façon optimale comme carburant. Vous n’aurez ainsi pas les réserves nécessaires à de très longs efforts, et vous ne pourrez pas vous sentir bien et fort au cours d’événements durant 3 heures et plus.

Donc, pour la majorité des gens « normaux » qui veulent faire un marathon ou un triathlon plus long qu’un triathlon « sprint », l’entraînement d’endurance doit être la composante principale du programme.

Devinez pourquoi Endurathlon s’appelle ainsi…

Crédits image : Pixabay