Archives de mot-clé : Compétition

C’est ça que ça donne quand…

Compétition, tricherie, gagner, sport, santé, dopage

Désirer être au haut du podium est-il toujours sain?

Sommes-nous vraiment surpris d’apprendre que le dopage occupe une grande place dans le monde du sport?

Peut-être lorsque le système est organisé, et promu agressivement, comme ça semble être le cas en Russie. (Quoique ça nous surprend sans doute moins au sujet de la Russie, comme ça pouvait l’être déjà du temps de l’URSS.)

Ça nous a un peu surpris au sujet du cyclisme quand Lance Armstrong a finalement avoué. (Non, ça ne nous a pas vraiment surpris. Je blaguais. C’était subtil comme blague, je l’avoue, pratiquement du sarcasme, et c’est difficile à faire passer par écrit, du sarcasme.)

Tout sport hautement compétitif devrait nous apparaître comme suspect, sachant ce que l’on sait. Après tout, même quand ce n’est pas du dopage, y’a des juges corrompus ou qui s’échangent des faveurs (patinage artistique) pour ne donner que quelques exemples.

Que ce soit un sport de performance individuelle, un sport artistique (jugé), un sport d’équipe (qui sont truqués à l’occasion), ou un sport de combat (également truqués parfois, et je ne parle pas du spectacle de la lutte professionnelle ici), quand ce qui compte le plus est la victoire, la tricherie fait partie des tactiques employées.

Et ce n’est pas qu’une question d’argent, en passant, sauf peut-être dans le sport professionnel et les sports de combats, ou les gageures et le « gambling » occupent un trop grand rôle. Le prestige d’une personne, d’une équipe, d’une ville, d’une nation, font aussi figure de raison. En bref, pour qu’il y ait de la tricherie, il suffit de vouloir gagner à tout prix.

Est-ce si grave? Après tout, nous sommes des adultes, et nous savons faire la différence. Juste parce qu’il y a de la tricherie dans le sport, ça ne veut pas dire que nous allons tricher en allant courir notre prochain marathon.

En fait, oui, ça a de l’importance. Pas juste parce qu’il y en a qui trichent en courant leur marathon ou en faisant leur triathlon de distance ironman. (Oui, il y en a. J’y reviendrai dans un moment. Et pas juste à ces distances ou dans ces types de compétitions.)

Peut-être que les adultes savent faire la différence (un gros « peut-être »), mais l’image que ça donne aux jeunes n’est vraiment pas saine.

Le vrai problème, il est au niveau de l’énoncé typique : « Bof, tout le monde le fait, donc pour être compétitif, il faut que les meilleurs athlètes le fassent aussi. »

Gagner, Sport, Compétition, Victoire

Est-ce vraiment si important?

Vous l’avez déjà entendu, n’est-ce pas? Peut-être l’avez-vous même déjà dit.

Comprenez-moi bien, il s’agit ici d’une pente douce qui est très, très glissante. Ça commence par hausser les épaules en disant « bof », puis par se dire que ce n’est pas bien grave, puis on arrive à se dire que nos athlètes favoris n’ont pas le choix, et finalement (mais pas tout le monde s’y rend, heureusement) par fermer les yeux quand ça se passe à côté de nous, dans un club sportif ou au gym.

Et ça nous attire un peu, faut l’admettre. Qui n’aimerait pas atténuer un peu la douleur, et moins ressentir les effets de la fatigue, lors d’un ironman? Suffirait de prendre quelques petites pilules pendant la course. Rien de bien terrible. Ça permettrait de pousser un peu plus fort, de vraiment « tester ses limites » comme on dit… Les pros le font; c’était écrit dans un magazine. Tout le monde le fait, alors pourquoi pas moi?

Vous avez vu la pente douce devenir trop abrupte tout d’un coup?

Je vous confie un secret : Si vous prenez un petit quelque chose lorsque vous faites une compétition, quelque chose que vous ne prendriez pas au quotidien, alors vous n’explorez pas vos limites ; vous trichez. Explorer ses limites, c’est voir ce qu’on peut faire sans aide extérieure, et en pleine conscience de ce qui se passe dans notre corps.

Autre secret : Je me sens parfois mal de prendre des gels avec de la caféine pendant des courses. Mais du café, j’en bois tous les jours. N’empêche, c’est un stimulant qui n’est pas nécessaire au corps pour fonctionner (en anglais j’appelle ça du « NOT FOOD », et ça dit tout).

Où en sommes-nous? Où voulais-je en venir?

De la tricherie. C’est ça que ça donne quand ce qui compte le plus c’est de gagner. Ou de performer mieux que les autres. Et parfois même simplement de vouloir performer mieux que soi-même.

Ce qui devrait compter le plus, c’est d’être en santé, et d’agir avec intégrité. Dans le sport comme dans toute chose.

Crédits images : Pixabay